parma-kleinCe peintre inconnu n'a probablement pas visité Maastricht en réalité; cette représentation est issue de son imagination. On voit clairement qu'on était fier d'avoir pris cette ville en 1579. Pour sa récompense Farnese reçut le titre Duc de Parme.

Ville de Garnison
Jusqu'à 1567 Maastricht s'était défendue elle-même grâce à ses corporations d'arquebusiers et à ses bourgeois organisés en corps de métier (guildes). Cependant, par rapport à son intérêt stratégique, la Gouvernante Marguerite de Parme obligea la ville de s'adjoindre une garnison permanente sous le commandement d'un gouverneur militaire nommé par le gouvernement à Bruxelles.

Dans la première phase de la Guerre de Quatre-vingts ans ( 1568-1648) Maastricht était, en tant que porte d'accès aux Pays-Bas méridionaux, d'un intérêt capital pour les deux champs.
Les campagnes de Guillaume d'Orange et de ses frères en 1568 et en 1574 pour prendre la ville furent condamnés à l'échec à cause de préparations insuffisantes. 

La Période Turbulente
En 1576, la furie espagnole se déchaina sur la ville et trois ans plus tard celle-ci fut prise par le Duc de Parme après une défense héroïque. En 1632, Maastricht dut capituler devant Frédéric-Henri, le "preneur de villes", et devint une place forte méridionale de la République des Provinces Unies. Les Etats-Généraux exerçaient les droits des Ducs de Brabant et le Prince-Évêque de Liège demeurait le cosouverain, respecté mais sans autorité.

L'artillerie avait entre-temps connu une évolution spectaculaire. Les boulets en pierre furent remplacés par ceux en fonte ayant plus d'effet sur les murailles. En outre, les canons furent plus lourds et plus effectifs. Les remparts du Moyen-âge n'offraient plus de protection suffisante et ne convenaient plus à l'utilisation efficace des bombardes de la ville, parfois aux surnoms romanesques comme "Margot la Colère", "Le Chien Rouge" et "la Vierge de Tricht".

La modernisation de la place forte s'effectua sur les instances du gouvernement à Bruxelles ( 1542-1555), puis sous la menace du siège par le duc de Parme en 1579. Elle comprit entre autres le renforcement de l'enceinte, en bouchant par maçonnage les arcs soutenant les chemins de ronde, par l'édification d'un puissant remblai contre le coté intérieur. Du même côté – où c'était nécessaire – on construisit un batardeau (à voir près de Klevarie).
maastricht markt 1576maastricht le marché 1576Les tours, étant de bons cibles pour les canons ennemis, furent démolies jusqu'au même niveau de l'enceinte et comblés de décombres créant de la sorte une plate-forme (un soi-disant 'rondeel') pour y mettre en batterie les pièces d'artillerie. Les créneaux sur les murs furent remplacés par un parapet maçonné, sans embrasures. Ainsi le mur opposait plus de résistance.

 

En aménageant des plates-formes pour l'artillerie au pieds de quelques-unes de ces tours et des ravelins polygonaux devant les portes, il était désormais possible de flanquer efficacement le fossé et le coté campagne de la muraille. Les ravelins formaient des îlots défendables dans le fossé et masquaient les portes à la vue et au feu de l'ennemi. La chute du ravelin devant la Brusselsepoort causa la chute de celle-ci et avec cela la prise de la ville et dans la suite la seconde Furie Espagnole se déclencha!
En 1579 les assiégeants firent pour la première fois usage des galeries souterraines comme élément de l'assaut.
En périodes de sécheresse la Meuse ne pouvait pas suffisamment alimenter le côté nord. Pour cette raison la garnison espagnole creusa peu après 1579 une profonde plongée au fond du fossé sec entre la Tongersepoort et la Lindenkruispoort permettant ainsi de faire détourner l'eau du Jeker vers le secteur nord.

1623 maestricht1623 Trajectum ad Mosam 

 

 

 

 

 

 

Au temps préalable à la garnison le coût de la fortification était l'affaire du Magistrat (la Ville). Dès lors le garnison aussi fournissait à la dépense de l'amélioration de la forteresse. À cet effet on engagea des négociations concernant la hauteur de la contribution.
Toute la muraille de Nieuwstad à la Tongersepoort est encore intacte à l'exception 150 m depuis Haet ende Nijd à la SintPieterspoort.

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Ok