Des projects d'officiers du génie français de la période d'occupation (1794-1814) formèrent la base de la dernière modernisation de la place forte quand celle-ci avait retrouvé son importance de "clef de la Belgique" dans le Royaume-Uni de Guillaume I   ( 1815-1839). Les Lage Fronten entre bastion Holsteyn et la Meuse subirent une rénovation complète. Les ouvrages existants furent en grande partie démolis et remplacés par quatre bastions, marqués A à D, reliés entre eux par un remblai revêtu. Cette ligne fut protégée par un fossé qu'on pouvait inonder par le canal du Jeker, une contrescarpe maconnée, trois ravelins, quelques réduits et le chemin couvert. Des fragments de ces "Nieuwe Bossche Fronten" ont échappé au démantèlement.

La plus grande partie du fort Willem, bâti de 1815-1818 sur le flanc du Caberg, a été conservée. C'est un ouvrage pentagonal en terre revêtu qui abrite deux casemates et est protégé par un fossé sec avec contrescarpe flanquant le fossé des deux cotés. Le fort commandait non seulement le terrain au nord de la ville mais pouvait également établir avec le fort Sint pieter des feux croisés devant les Hoge Fronten entre la Tongersepoort et la Brusselsepoort.

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Ok