Généralités

En 1673 la Ville forte de Maastricht fut assiégée par les Français sous le commandement du Roi Soleil Louis XIV. L'expert en ouvrages de défense et stratège du dernier, Sébastien Le Prestle de Vauban, l'accompagna. Après la capitulation de la ville, Vauban forma des projets pour améliorer les fortifications de Maastricht dont celles des collines Sint Pietersberg et Caberg.
Cependant, le traité de Paix de Nimègue (1678) obligea les Français à quitter la ville et à abandonner leurs projets.
En 1772 de nouveau des dessins furent conçus pour fortifier la colline de Caberg, cette fois-ci par l'architecte militaire Carel Diederik du Moulin. Des devis furent même établis, mais ceux-ci disparurent en 1776 dans les archives du Conseil d'État à la Haye.
De 1794 à 1814 Maastricht fut une nouvelle fois occupée par les Français, qui, à l'époque, travaillèrent à nouveau à leurs plans pour 'le Caberg'. Plans qu'ils abandonnèrent à leur départ.
Lorsque l'empereur Napoléon s'enfuit de l'île d'Elbe, toute l'Europe fut en émoi. Au mois de Mars 1815 tous les ouvrages de fortification des Pays-Bas reçurent l'ordre de la Haye de se mettre en état d'alerte. Sur-le-champ, le commandant de la ville forte Maastricht, le Baron Constant-Villars, convoqua officiers, soldats, habitants et l'administration de la ville pour aider à construire la forteresse sur 'le Caberg'. Début juin 1815, lorsque le roi Willem I visita le Caberg, cet ouvrage de défense était déjà achevé aux deux tiers. Les travaux, ainsi que la maçonnerie, prirent fin en 1818.
Cette forteresse n'a joué aucun rôle important pour la défense de la ville forte de Maastricht.
En 1867 le roi Willem III promulgua un décret du gouvernement que la ville fortifiée ne ferait plus partie du réseau de défense des Pays-Bas. En d'autres termes : le Bastion de Maastricht fut définitivement levé !
En 1869 un devis fut mis en adjudication pour la démolition de la partie nord du Fort Willem.
L'adjudicataire fut obligé de déblayer les levées de terre du côté nord et de remblayer les fossés. Dès 1945 cette partie du Fort est devenue un terrain récréatif. Cependant, la partie sud conservée en l'état pour la garnison militaire. À partir de l'année 1910 la casemate du Fort fut louée comme entrepôt et maison. En 1948 on l'aménagea pour le centre de formation de la KAJ (Jeunesse Catholique des Ouvriers). En 1952 on le mit en colocation pour l'organisation BB (Protection de la Population civile) pour y aménager un poste de commandement. À la fin de l'année 1953 la KAJ quitta la casemate après quoi elle fut transformée en abri nucléaire. Lorsque, fin 1980, suite aux changements dans les relations internationales, le service de BB fut levé et en 1992 la casemate fut disponible. Depuis 1994 l'association d'étudiants 'Tragos' en fait usage.


Circuit de visite

Après une courte introduction nous visitons la casemate du Fort. Ensuite nous descendons regarder les installations de protection nucléaire et chimique du poste de commandement.
Puis nous entrons dans la galerie circulaire, composée de 136 pièces avec quatre ou cinq meurtrières chacune. Devant le saillant du Fort il y a une galerie souterraine reliant le côté ville ainsi que le côté campagne de la galerie circulaire.
Par la suite un circuit par le fossé à sec.


Tarifs :

À partir de 12 ans : € 7,50
Enfants (3 – 11 ans): € 5,95
Durée du circuit : 1h30
Notez bien : Nous vous signalons que le circuit comprend quelques escaliers et dénivellations et qu'il est difficilement accessible aux personnes à mobilité réduite.


Réserver :

La Stichting Maastricht Vestingstad (La Fondation Maastricht Ville forte) vous propose des visites de groupe (à partir de 10 personnes) de ce lieu aux jours et aux heures vous convenants.
Le circuit commence à l'entrée du jardin de récréation, Kastanjelaan 50.
Ces visites sont menées par les guides de Stichting Maastricht Vestingstad.
Voir : 'Formulaire de visites guidées' sur le site.

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Ok