Un point faible demeurait le secteur entre la Jekertoren et la Pater Vincktoren, qui n´était protégé que par le premier rempart. Il ne fut possible d´en renforcer la protection que lorsque l´envasement du Jeker, et plus tard, en 1486, l´annexion de la partie limitrophe de la seigneurie liégeoise Saint-Pierre, déplacèrent la limite de territoire de Maastricht vers le sud.
En 1456 on fortifia le terrain alluvial devant la Helpoort par un mur en pierre de Namur.

plat4

plat3

Aujourd'hui encore les murs de trois périodes de construction se rejoignent à la Pater Vincktoren: première et seconde enceinte et le bastion datant de 1456. Il en est de même pour les trois portes à passage d'eau dont deux sont encore en service. Trente ans plus tard, les magistrats ont fait fortifier par un fossé et un remblai le territoire annexé, dit Nieuwstad. Cette protection provisoire fut remplacée dans les années 1515-1517 par le mur en pierre de Namur gris clair, toujours existant. Il fut flanqué de deux demie-tours puissantes, abritant des casemates d'artillerie. Elles portent des noms évocateurs: "Haet ende Nijd" et "De Vijf Koppen" (Haine et Envie et les Cinq Tètes).

La porte néo-gothique de piètre aspect, au sobriquet de "Waarachtig" , ne faisait pas partie de la fortification. Elle a été construite lors du percement dans les années 1887 et 1888 pour une meilleure communication entre le quartier 'Villapark' et la Sint Pieterstraat.

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Ok